NOS ACTIONS

L'herbier national

numérisation des collections du département ethnobotanique du museum national d'histoire naturelle

a Fondation Science & Nature soutient financièrement la digitalisation des collections d’Ethnobotanique de l’Herbier national. Avec ses 8 millions de spécimens, l’Herbier national est le plus important et le plus riche au monde. Pour que cette base de données puisse être accessible aux communautés scientifiques, un grand chantier de rénovation et de numérisation a été entrepris entre 2009 et 2013. 
La Fondation Science & Nature est persuadée que l’ethnobotanique est une source précieuse de savoirs qu’il faut révéler. Elle s’est donc engagée à apporter son soutien financier sur 5 ans pour digitaliser ces collections.
pourquoi sauvegarder
l'herbier national ?

un patrimoine culturel

Commencé en 1650, l’Herbier national retrace l’évolution des connaissances botaniques et des expéditions menées à travers le monde. Débuté sous Louis XIV, les anciennes colonies françaises (Afrique Noire, Maghreb et Indochine) ont ensuite été des sources majeures de documentation face à l'impératif de recenser les richesses naturelles du patrimoine colonial de la France. L’Herbier national est donc un véritable document historique !

un patrimoine Scientifique

L’Herbier national retrace depuis quatre siècles l’évolution de la diversité botanique mondiale.
Grâce aux expéditions et aux colonies, des zones tropicales peu accessibles et reconnues pour leur extraordinaire biodiversité font partie de cet inventaire.
Chaque spécimen constitue un véritable arrêt sur image des connaissances à un temps donné.
La biodiversité étant telle que son nom l’indique mouvante, l’Herbier offre un extraordinaire aperçu de l’évolution des espèces.
Ces collections sont en plus reliées à une bibliothèque constamment enrichie d’ouvrages, de revues périodiques et autres études, parfois inédites.

une source de savoir aux intérêts multiples

Les collections, une fois inventoriées, numérisées et informatisées représentent une base de données d’une richesse unique. Cette base de données vient alimenter celle de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel, ainsi que les grandes bases internationales sur la biodiversité (GBIF).

Cet outil se place au cœur de la recherche contemporaine sur les végétaux et à l’intersection de multiples disciplines :

  • Recherche appliquée : pharmacologie, cosmétique, foresterie, agronomie
  • Recherche fondamentale : écologie, génétique..
  • Histoire des Sciences

Le Muséum est ainsi en relation avec environ 200 institutions botaniques des 5 continents.
Dans les Universités, les Fondations et les Centres de Recherche, les chercheurs sont en attente de la mise à disposition de ce patrimoine Ethnobotanique.

un projet ancré dans les enjeux actuels

La perte de la Biodiversité est l’un des enjeux environnementaux majeur de notre époque. La compréhension de l’évolution des espèces est essentielle pour anticiper l’impact des changements climatiques à venir et mieux protéger la biodiversité.
Dans un contexte où la circulation des plantes menace d’être entravée par le Protocole de Nagoya ou par les conflits de certains pays tropicaux, l’Herbier national apparait donc comme une base de données essentielle à la recherche. Le Muséum national d’Histoire naturelle a été pionnier avec son impulsion de digitalisation et a permis à l’Herbier national de prendre toute sa place dans la recherche contemporaine.

pourquoi leS COLLECTIONS DU département d'ethnobotanique ?
L’ethnobotanique est une discipline de la botanique à part entière.
Ses deux termes - « Ethnologie » et « Botanique » - la définissent comme la science qui étudie les relations utilitaires, sociétales et symboliques des hommes avec leur milieu végétal. En savoir + sur l’ethnobotanique.

LA 1ère COLLECTION D’ETHNOBOTANIQUE AU MONDE

Les collections d’ethnobotanique du Muséum national d’Histoire naturelle ont accompagné l’évolution historique de l’Herbier national. Il a développé avec le temps la collection la plus importante au monde :
• 47 000 planches d’herbier
• + de 50 collectionneurs

Des collections qui n'ont pas bénéficié du grand chantier de numérisation

Un grand chantier de numérisation a été mené de 2009 à 2013 au Muséum national d'Histoire naturelle. Il a permis de numériser 96% des 6 millions de planches d'herbiers du Muséum. Malheureusement aucune des collections du Département d'ethnobotanique n'a pu bénéficier de cette numérisation. Depuis 2019, c'est désormais en cours, grâce au soutien financier apporté par La Fondation Science & Nature.

L’ETHNOBOTANIQUE, UNE SOURCE MAJEURe DE SAVOIRS

Les peuples ont bénéficié de milliers d’années d’expérience pour comprendre le Monde Végétal.
74% des médicaments à base de plantes ont été découverts à partir de savoirs traditionnels*.
L’ethnobotanique est donc une source de connaissances sur les propriétés biologiques et sociétales du monde végétal.

*Laird, S.A. 1994. Natural Products and the Commercialization of Traditional Knowledge” in Greaves, T. (ed.), Intellectual Property Rights for Indigenous Peoples: A Sourcebook. Society for Applied Anthropology, Oklahoma City. pp. 145-149.
les différentes étapes de la numérisation

tri & attachage des spécimens

Au cours des dernières décennies, par manque de moyens, des lots importants de plantes séchées se sont accumulés, dans l’attente d’un traitement préalable à leur classement en collections. Il a fallu trier, attacher et collecter l’information relative à ces spécimens.

numérisation

Les planches d’Herbier sont très fragiles. Afin de ne pas les abîmer, les planches sont numérisées manuellement une à une. Un scanner monté face au sol a été construit pour ne pas avoir à retourner les planches.

Informatisation

L’entrée numérique des informations figurant sur les étiquettes est faite à l’aide d’un site de sciences participatives, les Herbonautes.
Grâce à l’aide des internautes, l’enrichissement de la base de données des herbiers s’est fait beaucoup plus rapidement.

un projet en 5 ans

Quatre collectionneurs représentent un intérêt majeur du fait de la taille de leur collection et de la richesse des publications qui y sont associées. Il s’agit de Roland Portères, Auguste Chevalier, Claudine Friedberg et Hubert Gillet
La digitalisation va être réalisée par collectionneur. 

La 1ère portion du projet est consacrée principalement à l’archivage de la collection Hubert Gillet en Afrique (plus de 2 000 planches d’herbier). 
A partir de fin 2019, la 2ème portion sera consacrée à la digitalisation de la collection d'Auguste Chevalier en Afrique (plus de 4 500 planches d’herbier).

Cycle de conférences

Tous les deux ans, la Fondation Science & Nature organise une conférence sur la Science botanique pour sensibiliser les publics aux enjeux de la Science du végétal.
La 1ère conférence aura lieu en Juin 2019 au Muséum national d’Histoire naturelle auprès des partenaires économiques et institutionnels du Laboratoire Science & Nature, mais également des parties prenantes culturelles et scientifiques qui suivent les engagements du Laboratoire et de la Fondation Science & Nature. L’objectif de cette conférence est de sensibiliser sur les enjeux contemporains de compréhension de la nature pour la préserver. Le rôle essentiel de l’Herbier national pour la recherche contemporaine et les enjeux actuels seront présentés.

Appels à projets

Un appel à projets sera lancé en région Grand Est pour soutenir des projets de recherche, de préservation et de partage du Monde Végétal et Naturel. En attendant la mise en place d'une plateforme pour recueillir les données, n'hésitez pas à nous faire part de vos projets à l'adresse suivante : contact@fondationscienceetnature.fr

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram